La DU 65 (Draisine Unifiée modèle 1965) est un engin moteur de la SNCF spécialement aménagé pour le transport du personnel et du matériel.

En voici une en vraie grandeur, sans son habituel petit wagon bas.

 

Du65 100 st anastasie

 

Et celle que j'ai achetée d'occasion :

 

s l1600

 

Le challenge, pour l'intégrer dans un diorama avec une alimentation des voies en DCC est bien sûr de l'équiper d'un décodeur de petite taille.

Mon choix s'est porté sur un modèle Esu Lok Pilot 59826, qui est "Railcom".

Attention ce décodeur est prévu pour du N et la puissance délivrée est limitée ce qui ne satisferait pas un moteur plus puissant en HO. 

Décodeur pur DCC.

  • Prise NEM 651 à broche avec rallonge
  • Puissance sortie moteur : 0,75 A
  • Puissance sorties fonction : 180 mA
  • Nombre sorties fonction : 6
  • Compatible systèmes de freinage Lenz (ABC, LG 100)
  • Dimensions : 13 x 9,2 x 2,9 mm

 

 

20210219 110602

 

Et le volume libre de cette draisine :

 

20210219 104347

 

La voici identifiée en Railcom par le centrale ESU Ecos 2

 

20210220 144456

 

Et la vidéo sur le circuit, au milieu de ses "grandes soeurs" : vidéo

 

 

 

Aujourd'hui j'entame la digitalisation d'une locomotive Piko vapeur BR 55.

 

BR 55 n1

 

D'abord il faut séparer la caisse du chassis.

 

20210218 102434

 

Puis repérer les plots d'arrivée du courant de voie et les plots moteur. 

 

20210218 102442 1

 

20210218 102454

 

Puis vérifier quels volumes et surfaces seraient susceptibles d'accueillir le décodeur.

 

20210218 104630

 

Le lest prend une large place, le jeu d'engrenages de démultiplication et le moteur occupent la cabine.

Le décodeur envisagé est celui-ci :

 

esu 59620

Mais avant de quitter le mode analogique, il est bon de vérifier la motricité de la machine : vidéo

Un dernier regard sur le câblage à mettre en place avec ce schèma :

sur la loco

 Et voila le résultat : vidéo finale

 

 

 

 

L'ouverture des cartons du grenier a permis de mettre à jour des aiguillages achetés il y a plusieurs décennies et jamais montés.

 

20210216 145030 1

Heureusement une notice est dans la boîte 

notice 1

 

En exploitant cette notice on peut déjà identifier les plots et leur usage

 

repérage cablage 1

 

On peut alors identifier directement sur le matériel les plots et leur usage

 

aiguillage droit vue de dessus annoté

aiguillage droit vue de dessous annoté

Un premier test rapide avec une alimentation de laboratoire montre que les deux bobines réagissent en 15 volts continus.

Bien que les sorties du module Esu Switch Pilot soient des transistors de puissance et protégées des surintensités, l'appréciation de l'ampérage serait utile, à voir comme le réaliser.

Il faudra maintenant tester sur la maquette elle-même, y compris une fonction très importante permise par ce modèle qui est la possibilité d'une rétrosignalisation par un retour de masse à partir des plots 1 et 2. 

La centrale connaîtra la position physique de l'aiguille ce qui est sécurisant, surtout en mode de conduite automatique d'itinéraires.

 

Pour rester homogéne dans le choix de mes équipements, j'ai commandé chez ESU le module Signal Pilot 51840.

 

SignalPilot 51840

Le décodeur ESU SignalPilot est un décodeur multi-protocole conçu principalement pour la commutation des signaux ferroviaires. Il dispose de 16 sorties auxquelles des micro-lampes ou LED (avec des résistances en série) peuvent être connectées directement. Comme toutes les sorties sont conçues comme des étages de sortie push / pull, les signaux avec anode commune ainsi que les signaux avec une connexion à la terre commune (cathode commune) conviennent, comme c'est le cas avec les signaux Viessmann®. Les signaux de sémaphore motorisés peuvent également être utilisés avec le SignalPilot.

Modes de fonctionnement

Le SignalPilot prend en charge à la fois DCC avec RailComPlus® et Motorola®. La programmation permet à chaque sortie d'être affectée à n'importe quelle adresse ou à une combinaison d'adresses.

Fonctionnalités

Le SignalPilot peut être alimenté soit directement par la station de commande numérique, soit par tout transformateur / bloc d'alimentation fournissant du courant continu ou alternatif.
Le SignalPilot dispose de 16 sorties transistor en configuration push-pull. Chaque sortie peut être utilisée individuellement comme lumière continue, lumière clignotante ou lumière pulsée.
La luminosité ou la fréquence de clignotement peuvent être ajustées ainsi que les temps de fondu d'entrée et de sortie.
Divers effets d'éclairage prototypiques tels que la gradation douce, l'effet de tube fluorescent, le tube fluorescent défectueux, la simulation de lanterne à gaz, la lumière scintillante assurent un résultat réaliste.
La mise en marche / arrêt contrôlée de manière aléatoire ainsi qu'un délai de marche / arrêt peuvent également être activés.
Une extension de service de nuit peut atténuer les sorties ensemble si vous le souhaitez.

Les sorties du SignalPilot sont combinées en aspects de signal pendant la configuration. En principe, des signaux à deux, trois, quatre ou plusieurs feux sont envisageables. En fonction du nombre de sorties impliquées, une ou plusieurs numéros d’adresses d'accessoires sont attribués à chaque signal, à l'aide desquels vous pouvez ultérieurement changer les différents aspects des feux. Jusqu'à 16 numéros d'accessoires sont disponibles à cet effet.

La configuration des aspects du signal est réalisée exclusivement à l'aide du logiciel ESU LokProgrammer. Vous sélectionnez les aspects de signal souhaités, puis vous les écrivez dans le décodeur et enfin vous câblez les signaux comme configuré.

Tous les aspects du signal prédéfinis dans le logiciel LokProgrammer peuvent être modifiés individuellement. La description des aspects du signal eux-mêmes se fait à l'aide de fichiers XML, qui d'une part sont régulièrement étendus par ESU ou peuvent être créés et étendus par vous à votre propre discrétion.
De cette manière, les signaux "exotiques" peuvent également être pris en charge. Le SignalPilot est compatible multiprotocole et peut être utilisé avec des stations de commande numériques exploitant le système Märklin® Motorola® (par exemple: 6021, Central Station® ou Mobile Station®) ainsi qu'avec des stations de commande compatibles DCC.
La configuration peut se faire par programmation sur la voie principale (POM) et sur la voie de programmation. Grâce à RailCom®, les statuts des feux peuvent également être connus.

Programmation

La méthode la plus simple pour configurer le SignalPilot est de le programmer avec le module ESU LokProgrammer. Choisissez simplement le type de signal souhaité et le câblage s'affiche à l'écran.

Conçu pour les évolutions à venir

Le firmware du SignalPilot peut être mis à jour à tout moment à l'aide du LokProgrammer. Cela peut être nécessaire chaque fois que nous ajoutons de nouveaux types de signaux.

Données techniques

Compatible NMRA / DCC «Décodeur d'accessoires». Motorola® avec jusqu'à 127 adresses.
Compatible K83.
Alimenté par station de commande ou séparément DC - ou source AC (transformateur) jusqu'à 18V AC.
Sorties: 16 sorties, maximum 250 mA chacune.
Connexion au moyen de borniers amovibles.
Amplificateurs de puissance push / pull:
Chaque sortie peut être connectée individuellement à la masse du décodeur ou au retour positif commun.
Affectation individuelle des adresses de décodeur aux sorties (Mapping).
Les effets d'éclairage et la luminosité peuvent être réglés individuellement.
Cross-fading et séquences dépendant du temps.
Aspects des signaux préprogrammés.
Protection contre les courts-circuits et les surcharges pour toutes les sorties.
Dimensions: 886 mm x 86 mm x 25 mm (3,39 x 3,39 x 0,98 pouces)
Inclus dans la livraison: SignalPilot 51840, mode d'emploi détaillé

 

 

J'ai souhaité équiper un fourgon à bagages d'un feu arrière pour deux raisons, la première pour l'agrément visuel, la deuxième pour disposer d'une rétrosignalisation par la mesure de la consommation de courant sur un canton occupé.

Voici quelques photos, mais tout d'abord un choix d'approvisionnement chez nos amis chinois avec cette platine de redressement qui va, à partir de la tension DCC, fournir une tension contineue, avec un condensateur pour filtrer et stocker. Seule précaution, il faut un condensateur avec une tension de service d'au moins 35 volts.

 

20210203 153621 

Voici on vous pouvez en acheter : cliquez ici

J'ai pour ma part dessoudé la led 3 mm pour brancher la led 1,8 mm du feu arrière à la place.

Tout d'abord il fallait ramener la source de tension DCC en entrée de ce circuit.

J'ai démonté l'essuieu arrière et je l'ai nettoyé.

 

20210202 164558

 

J'ai utilisé un capteur à lames souples.

 

20210203 151111

20210203 153009

 

Puis j'ai raccordé les 4 fils sur la platine de redressement que j'ai collée avec du double face.

Avant de refermer j'ai également collé un lest pour assurer un meilleur contact avec les rails.

 

20210204 153551

 

Et voila la led comsommant 20 mA, elle empêchera la "libération" prématurée du canton sur le TCO, y compris lorsque la locomotive ne sera pas elle-même en mouvement. On doit pouvoir améliorer l'aspect visuel en fabricant une "fausse lanterne" autour de la led.

 

20210204 154024